Confiscation of Properties and Political Exile (1821-1880’s)

We organize a workshop mid november 2014 in Créteil – near Paris- (14-15th november) on confiscations linked to political exile. Legal , economic and social aspects as well as practical archivistical problems will be discussed. If you are interested, please let us know. catherine.brice@u-pec.fr

Journée d’étude Emigration, exil politique et innovation (années 1780-années 1840)

Le CRHIPA propose une rencontre scientifique à Grenoble le 6 novembre 2014 (et 7 novembre matin), dans l’esprit du projet d’ANR déposé en novembre 2013 et au printemps 2014 sur « L’exil politique, une communauté inventive, 1780-1880 » (pilotage de l’IRHIS Lille3, avec le CRHEC ParisEst-CréteilValdeMarne, le CRHIPA et l’Ecole française de Rome). Cette rencontre sera aussi ouverte aux doctorants et étudiants de master.

 

La journée a pour objet l’étude de l’impulsion que l’émigration de la période révolutionnaire et l’exil politique de la fin XVIIIe et de la première moitié du XIXe siècle ont donnée à l’évolution des sociétés européennes. Elle couvre un spectre qui va de l’insertion dans les pays « d’accueil » au retour dans leur patrie d’anciens émigrés ou exilés, qu’ils soient nostalgiques de l’Ancien Régime ayant quitté la France en révolution ou révolutionnaires mal vus par les souverains d’Ancien Régime ou de l’Europe des Restaurations. En mettant notamment l’accent sur les émigrés de la Révolution française on souhaite comprendre comment ces forces en mouvement, qu’on imagine souvent marginalisées par les classes politiques au pouvoir, ont fortement contribué à des transformations de nature très diverse. Cela va des innovations dans l’agriculture, les sciences et les techniques, l’écriture, les idées, la sociabilité à une réorganisation des savoirs sur le passé, de la diplomatie au renouveau de la spiritualité lié au retour de religieuses et à la fondation de congrégations. On souhaite ainsi confronter l’expérience du déplacement des émigrés/exilés et l’innovation comme moteur de transformation des sociétés.

 

Le voyage en tant que forme consciente et réfléchie de la migration des individus peut entraîner comme l’a montré Eric J. Leed (The mind of the traveler, New York, 1991) des bouleversements importants dans la vie des sociétés d’accueil où ces personnes deviennent parfois des étrangers séjournant longuement, voire de nouveaux sujets politiques. Les transformations ne sont pas moindres dans les sociétés où les émigrés font retour. Certes on est informé sur certains effets de ces voyages : éloignement, déracinement, isolement. Mais on a peu étudié leur apport au sein des sociétés d’accueil et de retour. Les transferts transnationaux qu’ils suscitent créent ce que Homi Bhabha a appelé « a new, third place or space » (cité dans C. Harzig et D. Hoerder, What is migration history ?, Cambridge, 2009, p. 80), c’est-à-dire un espace spécifique généré par les processus d’acculturation. C’est ce nouvel espace, où il n’y a ni duplication de la culture d’origine, ni fusion avec celle du pays d’arrivée, qu’il convient d’interroger dans ses implications économiques, techniques, artistiques, politiques ou administratives. Voyageant par contrainte pour des raisons politiques, les émigrés posent encore plus que d’autres figures la question de la transformation du voyage en séjour, celle du rôle du hasard et des perceptions du temps, celles du retour dans le pays de départ et de la construction des savoirs par la circulation des individus. Il nous faut en particulier comprendre la manière dont ils ont participé de l’histoire sociale de l’innovation (P. Flichy, L’innovation technique : récents développements en sciences sociales. Vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, 2003).

 

Le renouvellement des problématiques de l’émigration française peut emprunter une voie ouverte il y a longtemps par F. Baldensperger sur l’impact qu’elle a eu dans le mouvement des idées à la charnière entre Lumières et romantisme (1924). Depuis lors on a quantifié l’émigration en France (J. Dunne, 2001 ; D. Greer, 1951), évalué les aspects matériels liés à la vente des biens des émigrés et à leur récupération (A. Gain, M. Bouloiseau, 1963), analysé la sociologie de leur milieu et sa légende (J. Vidalenc, 1969). Dépassant le devoir de mémoire des descendants d’émigrés, on a étudié les écritures d’émigrés (P. Bourdin, S. Gomis) et privilégié certaines destinations comme la Suisse (G. Audrey, J.-P. Cavin, H. Foerster), l’Allemagne (B. Kröger, A. Moser, K. Rance, A. Schumacher, J. Vidalenc) ou l’Angleterre (A. Lebou, K. Carpenter). Peu de travaux sont accessibles sur la Russie en dépit d’un riche matériau disponible (ainsi sur Choiseul-Gouffier à Moscou). En ce qui concerne l’Italie, ce sont surtout les Etats du pape qui ont retenu l’attention (V. Pierre, R. Picheloup, M. Tosti, V. De Marco, M. Cattaneo, D. Rocciolo, M. Lupi…) à côté du cas des émigrés niçois (R. Demeude), savoyards ou piémontais. Mais seul le Nord-Est de la péninsule semble avoir été appréhendé comme une terre d’accueil où l’on puisse observer par des travaux d’archives poussés la capacité des émigrés de participer aux processus d’innovation (A. Fauchon sur le comte de Moré à Trieste, V. Dal Cin sur le foyer véronais autour du comte de Provence en 1794-1796).

 

Si les émigrés de la Révolution ont été l’occasion d’approches quantitatives à l’échelle française et européennes, le registre qualitatif et les situations individuelles méritent d’être approfondis en combinant l’étude des émigrés hors de France avec une étude de ce qui se passa à leur retour sous l’Empire et pendant les Restaurations. Il nous apparaît également souhaitable de comparer le cas des émigrés d’une part avec les exils des légitimistes qui leur succédèrent, membres des internationales « blanches » au long du XIXe siècle, d’autre part avec ceux qui à l’inverse combattirent pour inventer comme en Italie une nation. L’intérêt de privilégier les émigrés dans la longue durée est d’inviter à dresser un bilan des études actuellement disponibles sur l’émigration à l’époque révolutionnaire et dans les décennies suivantes en Italie, en Allemagne, en Suisse, en Belgique, en Russie… et en France. La réflexion gagnera cependant à s’élargir des émigrés à d’autres types d’exilés en vue d’analyser la contribution de leurs expériences de voyage et de séjour aux processus d’innovation. On songe par exemple à :

 

– l’innovation au niveau de l’écriture (l’autobiographie, l’écriture des mémoires sous les monarchies censitaires, dans la ligne des travaux de Damien Zanone)

 

– l’invention de nouvelles formes de sociabilité (le groupe de Coppet autour de Mme de Staël ; le rôle des exilés et émigrés dans la dynamique des salons en Italie (cf. M. L. Betri & E. Brambilla) mais aussi en Suisse ou en Allemagne fin XVIIIe-premier XIXe siècle ; les sociabilités contre-révolutionnaires, mais aussi jacobines quand se déplacent pendant la Révolution des jacobins obligés de passer d’un Etat à l’autre, par exemple de Rome à Naples)

 

– l’innovation dans les pratiques commerciales (le cas du changement d’identité du comte de Moré-Pontgibaud devenu Joseph Labrosse à Trieste est-il isolé ?), techniques et scientifiques

 

– les effets induits qu’impliquèrent les présences d’émigrés ou d’exilés en manifestant des besoins par leurs commandes auprès d’artistes ou de décorateurs, ou en s’insérant dans des réseaux et dans des chaînes de production de savoirs, de techniques et d’objets.

 

– l’innovation dans les pratiques politiques et dans l’art diplomatique (cf. les papiers Choiseul-Gouffier à Moscou, mais peut-être aussi les papiers du cardinal de Bernis, et d’autres…)

 

– l’innovation dans l’agronomie, avec la reprise en main des campagnes par les nobles sous la Monarchie de juillet, ainsi qu’on l’a étudié pour le Bas-Dauphiné

 

– l’innovation dans l’organisation des savoirs sur le passé : le rôle des émigrés dans la mise en place de sociétés antiquaires ou historiques en France, dans l’organisation de cabinets et de bibliothèques privées ou publiques

 

– l’innovation dans la spiritualité : les retours de jésuites après le rétablissement de la Compagnie de Jésus dans les pays d’Europe qui l’avaient supprimée entre 1759 et 1773, les retours de religieuses et les fondations de congrégations, le retour d’émigrés comme l’évêque de Marseille fondateur des Oblats, etc.

 

 

Pour tout contact sur cette journée d’étude : Gilles Bertrand, Université de Grenoble, Crhipa

<gilles.bertrand[at]upmf-grenoble.fr>

Annonce d’une table ronde – « Quelles sources pour l’histoire économique de l’exil politique au XIXe siècle ? »

Nous annonçons la tenue d’une table ronde à l’Université Paris-Est Créteil :

« Quelles sources pour l’histoire économique de l’exil politique au XIXe siècle ? »

7-8 juin 2013

Lieu : Université Paris-Est Créteil – Salle des thèses

61, avenue du général de Gaulle

94010 Créteil – Métro : Créteil Université (ligne 8)

Contact : Mme Catherine Brice

Pour plus de renseignements sur le programme :

Programme de la table ronde

Affiche de la table ronde