Confiscation of Properties and Political Exile (1821-1880’s)

We organize a workshop mid november 2014 in Créteil – near Paris- (14-15th november) on confiscations linked to political exile. Legal , economic and social aspects as well as practical archivistical problems will be discussed. If you are interested, please let us know. catherine.brice@u-pec.fr

Journée d’étude Emigration, exil politique et innovation (années 1780-années 1840)

Le CRHIPA propose une rencontre scientifique à Grenoble le 6 novembre 2014 (et 7 novembre matin), dans l’esprit du projet d’ANR déposé en novembre 2013 et au printemps 2014 sur « L’exil politique, une communauté inventive, 1780-1880 » (pilotage de l’IRHIS Lille3, avec le CRHEC ParisEst-CréteilValdeMarne, le CRHIPA et l’Ecole française de Rome). Cette rencontre sera aussi ouverte aux doctorants et étudiants de master.

 

La journée a pour objet l’étude de l’impulsion que l’émigration de la période révolutionnaire et l’exil politique de la fin XVIIIe et de la première moitié du XIXe siècle ont donnée à l’évolution des sociétés européennes. Elle couvre un spectre qui va de l’insertion dans les pays « d’accueil » au retour dans leur patrie d’anciens émigrés ou exilés, qu’ils soient nostalgiques de l’Ancien Régime ayant quitté la France en révolution ou révolutionnaires mal vus par les souverains d’Ancien Régime ou de l’Europe des Restaurations. En mettant notamment l’accent sur les émigrés de la Révolution française on souhaite comprendre comment ces forces en mouvement, qu’on imagine souvent marginalisées par les classes politiques au pouvoir, ont fortement contribué à des transformations de nature très diverse. Cela va des innovations dans l’agriculture, les sciences et les techniques, l’écriture, les idées, la sociabilité à une réorganisation des savoirs sur le passé, de la diplomatie au renouveau de la spiritualité lié au retour de religieuses et à la fondation de congrégations. On souhaite ainsi confronter l’expérience du déplacement des émigrés/exilés et l’innovation comme moteur de transformation des sociétés.

 

Le voyage en tant que forme consciente et réfléchie de la migration des individus peut entraîner comme l’a montré Eric J. Leed (The mind of the traveler, New York, 1991) des bouleversements importants dans la vie des sociétés d’accueil où ces personnes deviennent parfois des étrangers séjournant longuement, voire de nouveaux sujets politiques. Les transformations ne sont pas moindres dans les sociétés où les émigrés font retour. Certes on est informé sur certains effets de ces voyages : éloignement, déracinement, isolement. Mais on a peu étudié leur apport au sein des sociétés d’accueil et de retour. Les transferts transnationaux qu’ils suscitent créent ce que Homi Bhabha a appelé « a new, third place or space » (cité dans C. Harzig et D. Hoerder, What is migration history ?, Cambridge, 2009, p. 80), c’est-à-dire un espace spécifique généré par les processus d’acculturation. C’est ce nouvel espace, où il n’y a ni duplication de la culture d’origine, ni fusion avec celle du pays d’arrivée, qu’il convient d’interroger dans ses implications économiques, techniques, artistiques, politiques ou administratives. Voyageant par contrainte pour des raisons politiques, les émigrés posent encore plus que d’autres figures la question de la transformation du voyage en séjour, celle du rôle du hasard et des perceptions du temps, celles du retour dans le pays de départ et de la construction des savoirs par la circulation des individus. Il nous faut en particulier comprendre la manière dont ils ont participé de l’histoire sociale de l’innovation (P. Flichy, L’innovation technique : récents développements en sciences sociales. Vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, 2003).

 

Le renouvellement des problématiques de l’émigration française peut emprunter une voie ouverte il y a longtemps par F. Baldensperger sur l’impact qu’elle a eu dans le mouvement des idées à la charnière entre Lumières et romantisme (1924). Depuis lors on a quantifié l’émigration en France (J. Dunne, 2001 ; D. Greer, 1951), évalué les aspects matériels liés à la vente des biens des émigrés et à leur récupération (A. Gain, M. Bouloiseau, 1963), analysé la sociologie de leur milieu et sa légende (J. Vidalenc, 1969). Dépassant le devoir de mémoire des descendants d’émigrés, on a étudié les écritures d’émigrés (P. Bourdin, S. Gomis) et privilégié certaines destinations comme la Suisse (G. Audrey, J.-P. Cavin, H. Foerster), l’Allemagne (B. Kröger, A. Moser, K. Rance, A. Schumacher, J. Vidalenc) ou l’Angleterre (A. Lebou, K. Carpenter). Peu de travaux sont accessibles sur la Russie en dépit d’un riche matériau disponible (ainsi sur Choiseul-Gouffier à Moscou). En ce qui concerne l’Italie, ce sont surtout les Etats du pape qui ont retenu l’attention (V. Pierre, R. Picheloup, M. Tosti, V. De Marco, M. Cattaneo, D. Rocciolo, M. Lupi…) à côté du cas des émigrés niçois (R. Demeude), savoyards ou piémontais. Mais seul le Nord-Est de la péninsule semble avoir été appréhendé comme une terre d’accueil où l’on puisse observer par des travaux d’archives poussés la capacité des émigrés de participer aux processus d’innovation (A. Fauchon sur le comte de Moré à Trieste, V. Dal Cin sur le foyer véronais autour du comte de Provence en 1794-1796).

 

Si les émigrés de la Révolution ont été l’occasion d’approches quantitatives à l’échelle française et européennes, le registre qualitatif et les situations individuelles méritent d’être approfondis en combinant l’étude des émigrés hors de France avec une étude de ce qui se passa à leur retour sous l’Empire et pendant les Restaurations. Il nous apparaît également souhaitable de comparer le cas des émigrés d’une part avec les exils des légitimistes qui leur succédèrent, membres des internationales « blanches » au long du XIXe siècle, d’autre part avec ceux qui à l’inverse combattirent pour inventer comme en Italie une nation. L’intérêt de privilégier les émigrés dans la longue durée est d’inviter à dresser un bilan des études actuellement disponibles sur l’émigration à l’époque révolutionnaire et dans les décennies suivantes en Italie, en Allemagne, en Suisse, en Belgique, en Russie… et en France. La réflexion gagnera cependant à s’élargir des émigrés à d’autres types d’exilés en vue d’analyser la contribution de leurs expériences de voyage et de séjour aux processus d’innovation. On songe par exemple à :

 

– l’innovation au niveau de l’écriture (l’autobiographie, l’écriture des mémoires sous les monarchies censitaires, dans la ligne des travaux de Damien Zanone)

 

– l’invention de nouvelles formes de sociabilité (le groupe de Coppet autour de Mme de Staël ; le rôle des exilés et émigrés dans la dynamique des salons en Italie (cf. M. L. Betri & E. Brambilla) mais aussi en Suisse ou en Allemagne fin XVIIIe-premier XIXe siècle ; les sociabilités contre-révolutionnaires, mais aussi jacobines quand se déplacent pendant la Révolution des jacobins obligés de passer d’un Etat à l’autre, par exemple de Rome à Naples)

 

– l’innovation dans les pratiques commerciales (le cas du changement d’identité du comte de Moré-Pontgibaud devenu Joseph Labrosse à Trieste est-il isolé ?), techniques et scientifiques

 

– les effets induits qu’impliquèrent les présences d’émigrés ou d’exilés en manifestant des besoins par leurs commandes auprès d’artistes ou de décorateurs, ou en s’insérant dans des réseaux et dans des chaînes de production de savoirs, de techniques et d’objets.

 

– l’innovation dans les pratiques politiques et dans l’art diplomatique (cf. les papiers Choiseul-Gouffier à Moscou, mais peut-être aussi les papiers du cardinal de Bernis, et d’autres…)

 

– l’innovation dans l’agronomie, avec la reprise en main des campagnes par les nobles sous la Monarchie de juillet, ainsi qu’on l’a étudié pour le Bas-Dauphiné

 

– l’innovation dans l’organisation des savoirs sur le passé : le rôle des émigrés dans la mise en place de sociétés antiquaires ou historiques en France, dans l’organisation de cabinets et de bibliothèques privées ou publiques

 

– l’innovation dans la spiritualité : les retours de jésuites après le rétablissement de la Compagnie de Jésus dans les pays d’Europe qui l’avaient supprimée entre 1759 et 1773, les retours de religieuses et les fondations de congrégations, le retour d’émigrés comme l’évêque de Marseille fondateur des Oblats, etc.

 

 

Pour tout contact sur cette journée d’étude : Gilles Bertrand, Université de Grenoble, Crhipa

<gilles.bertrand[at]upmf-grenoble.fr>

Presse et exil dans l’Europe du XIXe siècle

Programme du colloque « Presse et exil dans l’Europe du XIXe siècle »

Rome, 23-25 septembre 2013

École française de Rome

Piazza Navona, 62

00186 Roma

 

Présentation

Tout au long de l’époque contemporaine, l’exil a constitué une forme de mobilisation à part entière, qui s’est inscrite dans le répertoire d’actions contre-révolutionnaire, libéral, républicain, puis socialiste et anti-fasciste. Cette modalité de l’engagement politique a alimenté des flux migratoires quantitativement de plus en plus importants dans l’Europe du xixe siècle et du premier xxe siècle. Les exilés ont joué un rôle crucial dans l’internationalisation des débats politiques sur le continent et même au-delà, mais aussi dans la circulation des techniques et des savoir-faire entre pays de départ et pays d’asile.

S’inscrivant dans le cadre d’un projet de recherches sur l’exil politique en Europe, le colloque « Presse et exil dans l’Europe du long xixe siècle » veut montrer que la contribution des exilés à la presse de leur temps est une fenêtre d’analyse sur l’exil comme expérience politique, créatrice d’« exopolitie », ainsi que Stéphane Dufoix a proposé de baptiser l’espace spécifique dans lequel les exilés mènent leur engagement depuis l’étranger. Dans le même temps, le phénomène de l’exil constitue aussi un facteur d’ouverture de la presse européenne aux rédacteurs d’origine étrangère, qui explique l’internationalisation de certains slogans et thèmes politiques dans l’Europe des constructions nationales et des guerres civiles, mais aussi la diffusion de certains transferts de savoir-faire.

Nous nous intéressons donc à l’ensemble des façons dont les exilés politiques européens peuvent contribuer à la presse de leur temps, soit comme journalistes dans les périodiques qui accueillent leurs contributions, soit comme directeurs et/ou rédacteurs d’organes de presse créés ex nihilo durant leur séjour à l’étranger. Les sources qui nous permettront de nous pencher sur ces exilés et leurs stratégies éditoriales iront des journaux eux-mêmes aux sources administratives et diplomatiques, en passant par les archives privées et les correspondances d’exil.

 

Lundi 23 septembre

 

École française de Rome

Salle de séminaire, rez-de-chaussée

 

14h – 14h30 : Introduction par Catherine Brice, Delphine Diaz et Simon Sarlin

 

Les conditions matérielles et juridiques de production

 

Présidence : Catherine Brice (Université Paris-Est-Créteil)

 

14h30 – 14h50 : Nicola Gabriele (Université de Cagliari), Esportare il Risorgimento. Stampa democratica e comunità italiana in Tunisia tra prospettive coloniali e ideali di indipendenza.

14h50 – 15h10 : Delphine Diaz (Université Paris-Sorbonne), Écrire des journaux en exil dans la France de la monarchie de Juillet. Des entreprises éditoriales périlleuses et éphémères.

Pause

15h30 – 15h50 : Chiara Pulvirenti (Université de Catane), I caratteri dell’esilio.  L’emigrazione politica italiana e la libertà di stampa a Malta negli anni del Risorgimento.

15h50 – 16h10 : Alexandre Dupont (Casa de Velázquez, Madrid), La Voix de la patrie, journal franco-espagnol de soutien au carlisme (1874-1875).

16h10 – 17h00 : Discussions

17h00 – 18h00: Présentation du projet « Transfopress » par Diana Cooper-Richet (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) et du carnet « Exil » (Hypothèses) par Simon Sarlin (Aix-Marseille Université).

Mardi 24 septembre

 

Présidence : Simon Sarlin (Aix-Marseille Université)

 

9h30 – 9h50 : Giorgio Sacchetti (Université de Padoue), La presse anarchiste italienne en Égypte et en Tunisie à la fin du xixe siècle.

9h50 – 10h10 : Françoise Fontanelli (Aix-Marseille Université), La presse libertaire italienne à Marseille à la fin du xixe siècle.

Pause

 

Les transformations internes de la presse d’exil

 

10h40 – 11h10 : Alexander Jordan, (Institut universitaire européen), Un esiliato italiano in Europa : Gioacchino di Prati, 1815-1840.

11h10 – 11h30 : Arianna Onidi (Université La Sapienza), Sardegna terra di esuli : esperimento giornalistici tra avanguardia e arretratezza.

11h50 – 12h30 : Discussions

Pause déjeuner

La presse comme lieu de transferts

 

Présidence : Sylvie Aprile (Université Lille 3)

 

14h00 – 14h20 : Salvatore Santuccio (Université de Reggio de Calabre), Le langage du Risorgimento italien dans la presse maltaise au xixe siècle.

14h20 – 14h40 : Jonathan Barbier (Université d’Avignon), La Revue complémentaire des sciences appliquées (1854-1860) de François-Vincent Raspail : une revue apolitique ?

Pause

15h00 – 15h20 : Juan Luis Simal (Université de Potsdam), Andrés Borrego et la révolution européenne : El Precursor, Paris, 1830.

15h20 – 15h40 : Paolo Benvenuto (Université de Pise), Battages médiatiques et organisation de la presse. Les exilés italiens à Paris entre Seconde République et Second Empire (1849-1859).

Pause

16h00 – 16h20: Daniel Nagel (Université de Mannheim), The German Forty-Eighters, the press and the struggle for a German-American Identity.

16h20 – 16h40 : Bénédicte Deschamps (Université Paris Diderot), La presse d’exil italienne aux États-Unis pendant la Guerre de Sécession.

16h40 – 17h10 : Présentation par Marianne Amar (Cité nationale de l’histoire de l’immigration) de la revue Diasporas.

17h10 – 17h30 : Discussions

Mercredi 25 septembre

Réseaux et identités

 

Présidence : François Dumasy (École française de Rome)

 

9h00 – 9h20 : Simon Burrows (Université de Western Sydney), Les collaborateurs des journaux des émigrés à Londres, 1792-1815.

9h20 – 9h40 : Andrea Del Corno (The London Library), Press in Exile: Mazzini’s Journalism and His Intellectual Legacy. Printing and Circulating Italian Periodicals in Victorian London (1840-1859).

9h40 – 10h00 : Marcella Sutcliffe (Université de Cambridge), Reading rooms, co-operative societies and republican ‘families’: Mazzini’s networks of dissemination in provincial England.

Pause

10h30 – 11h00: Fabio Bertini (Université de Florence), Gli esuli europei e i lavoratori inglesi e francesi tra il 1849 e il 1864. Stampa, dibattiti e incontri.

11h00 – 11h30 : Gérald Sawicki (Université de Lorraine), « Servir de lien à tous ces exilés » : l’exemple de journaux alsaciens-lorrains en France, des années 1880 à la veille de la Première Guerre mondiale.

11h30 – 12h00 : Discussions

12h00 – 13h00 : Table ronde conclusive avec la participation de Marianne Amar, Sylvie Aprile, Catherine Brice, Bénédicte Deschamps et Agostino Bistarelli.

Organisation :

Catherine Brice, Delphine Diaz, Simon Sarlin

 

Contact :

École française de Rome

 Histoire moderne et contemporaine

Direction des études : François Dumasy

Secrétariat : Claire Challéat

tél. 0039 0668 601 244

courriel : secrmod@efrome.it

Pour télécharger le programme (.pdf)

Programme Presse Exil_EFR_sept 2013

Annonce d’une table ronde – « Quelles sources pour l’histoire économique de l’exil politique au XIXe siècle ? »

Nous annonçons la tenue d’une table ronde à l’Université Paris-Est Créteil :

« Quelles sources pour l’histoire économique de l’exil politique au XIXe siècle ? »

7-8 juin 2013

Lieu : Université Paris-Est Créteil – Salle des thèses

61, avenue du général de Gaulle

94010 Créteil – Métro : Créteil Université (ligne 8)

Contact : Mme Catherine Brice

Pour plus de renseignements sur le programme :

Programme de la table ronde

Affiche de la table ronde

Presse et exil dans l’Europe du XIXe siècle

Appel à communications

Colloque à l’École française de Rome

« Presse et exil au XIXe siècle »

23-24 septembre 2013

 

Contexte :

L’équipe « Exil » rassemble des chercheurs français et italiens autour d’un projet de base de données collective sur les exilés politiques italiens dans la Méditerranée du XIXe siècle, avec le soutien de l’École française de Rome. Elle prévoit un programme de rencontres sur le thème de l’exil ouvertes sur l’ensemble du monde européen. Le premier de ces projets porte sur la presse et l’exil au XIXe siècle.

Exposé :

Tout au long de l’époque contemporaine, l’exil a constitué une forme de mobilisation à part entière, qui s’est inscrite dans le répertoire d’actions contre-révolutionnaire, libéral, républicain, puis socialiste et anti-fasciste. Pour le patriote lombard Carlo Cattaneo, c’était ainsi une « nouvelle institution » que le poète Ugo Foscolo avait donnée à l’Italie du Risorgimento en quittant Milan en 1816 pour embrasser une vie de proscrit. Cette modalité de l’engagement politique a alimenté des flux migratoires quantitativement de plus en plus importants dans l’Europe du XIXe siècle et du premier XXe siècle, mais ce n’est pas par son effectif qu’il convient de jauger son importance. Car les exilés, même en petit nombre, ont joué un rôle crucial dans l’internationalisation des débats politiques et la circulation des idées, favorisant la naissance d’une sphère publique européenne ou transatlantique et de nouvelles formes de politisation. Ils ont également joué un rôle économique et professionnel non négligeable, contribuant à faire circuler techniques, process, savoirs et savoir-faire entre communautés d’exilés et pays d’accueil. Faire l’histoire de leurs expériences permet d’envisager le développement des cultures et des identités au-delà de la sphère étroite de la nation ou du groupe, pour reconnaître l’importance des échanges et des interactions dans la formation de communautés séparées.

Le projet se fonde sur l’idée que la contribution des exilés à la presse de leur temps constitue une fenêtre d’analyse sur l’exil comme expérience politique, créatrice d’« exopolitie », ainsi que Stéphane Dufoix a proposé de baptiser l’espace spécifique dans lequel les exilés mènent leurs différentes activités. L’exil représente, dans le même temps, un facteur d’ouverture de la presse européenne aux pays étrangers, contribuant ainsi à l’internationalisation de certains slogans et thèmes politiques dans l’Europe des guerres civiles et des constructions nationales, ainsi qu’à la circulation des connaissances liées au monde du travail.

Nous nous intéressons donc à l’ensemble des façons dont les exilés ont pu contribuer à la presse de leur temps, comme journalistes ou plus rarement comme éditeurs, aux périodiques qui accueillaient leurs contributions comme aux organes de presse que des proscrits ont pu créer durant leur séjour à l’étranger, et aux conditions réservées dans chaque pays d’accueil à cette activité. Les sources qui nous permettront de nous pencher sur ces phénomènes iront des journaux eux-mêmes aux sources administratives et diplomatiques, en passant par les archives privées et les correspondances d’exil.

Problématiques retenues :

  • Les conditions d’écriture et de publication des journaux d’exil (cadre juridique et économique dans lequel s’inscrit la publication de ces organes de presse, parfois clandestins ; censure exercée par le pays d’accueil mais aussi par la diplomatie du pays d’origine ; importance des lectorats visés, qu’ils se trouvent dans le pays d’accueil ou dans le pays de départ).
  • Le contenu technique et professionnel de cette presse (annonces, offres de travail, rubriques spécifiques…
  • Les stratégies éditoriales et politiques des rédacteurs et des lecteurs (utilisation de la presse pour légitimer un combat politique mené depuis l’étranger, pour cliver ou au contraire rassembler une communauté d’étrangers dispersés dans le pays d’asile).
  • Le contenu idéologique et culturel de ces périodiques (la presse comme moyen d’influencer le débat national du pays d’origine, ou comme interface avec celui du pays d’asile ; la part prise par la presse d’exil dans une histoire du sentiment public international ; les représentations et les transferts culturels permis par cette presse parfois bilingue, pont entre deux cultures).

Comité scientifique du colloque :

Sylvie Aprile (Université Lille III), Catherine Brice (Université Paris-Est Créteil), Christophe Charle (Université Paris 1), Diana Cooper-Richet (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Delphine Diaz (Université Paris-Sorbonne), François Dumasy (École française de Rome), Simon Sarlin (Université Grenoble II).

Les propositions de communications doivent nous parvenir avant le 24 avril aux trois adresses suivantes : catherine.brice@gmail.com, delphinediaz@gmail.com et simon.sarlin@gmail.com. Ces propositions comporteront un titre, un résumé d’environ 2.000 signes, ainsi que les coordonnées complètes de l’intervenant(e) (nom, prénom, fonction, rattachement institutionnel et courriel).

Les sources pour une histoire de l’exil : journées de travail (16-18 avril 2012)

Les sources sur l’exil sont à l’image du phénomène qu’elles documentent, dispersées, multiples, parfois fuyantes. Cette deuxième rencontre du groupe de recherche sur les exilés italiens en Méditerranée au XIXe siècle poursuit la démarche amorcée en février 2011, en proposant de réfléchir aux problèmes de méthode et d’interprétation que pose l’exploitation des sources pour une étude de l’exil politique, en regard notamment de la constitution d’une base de données informatiques. Ces deux journées pourraient également permettre de jeter les bases d’une cartographie susceptible de fournir un instrument utile de recherche sous une forme à discuter. Au séminaire proprement dit succèderont une courte présentation du carnet « Exilés » hébergé par Hypotheses.org, ainsi qu’une journée de formation à la base de données Fichoz sous Filemaker.

Lundi 16 avril 2012

 École française de Rome

Salle de séminaire, rez-de-chaussée

 14h30 : accueil et présentation par Simon Sarlin

 Direction des travaux : Fabrice Jesné

 15h00

Matteo Sanfilippo (Università degli Studi della Tuscia, Viterbo) : La storiografia sull’esulato risorgimentale e la lunga tradizione dell’esilio italiano.

15h45

Antonio D’Alessandri (Università Roma 3) : Riflessioni a margine di una ricerca nei fondi consolari del Regno di Sardegna – Archivio di Stato di Torino.

16h30

Marco Pizzo (Museo Centrale del Risorgimento) : Fonti per la storia dell’esilio nell’archivio del Museo Centrale del Risorgimento e una prima ricognizione sull’Ottocento negli archivi religiosi.

 pause

 17h30

Chiara Pulvirenti (Università di Catania) : Esuli al torchio. I giornali maltesi e l’emigrazione politica italiana.

18h15

Grégoire Bron (École pratique des Hautes Études / Université de Genève) : Les exilés italiens dans les archives militaires espagnoles et portugaises.

 

Mardi 17 avril 2012

 École française de Rome

Salle de séminaire, rez-de-chaussée

 Direction des travaux : Grégoire Bron

9h30

Simon Sarlin (École française de Rome) : L’exil depuis le royaume des Deux-Siciles dans les documents de l’Archivio di Stato di Napoli.

10h15

Delphine Diaz (Université Paris 1) : Retours d’exil. Les réfugiés pontificaux en France sous la Monarchie de Juillet et l’amnistie pontificale de 1846.

pause

 11h15

Amina Maslah : Les îles du canal de Sicile comme foyers d’exil

12h00

Agostino Bistarelli (Università Roma 1) : Le fonti sull’esilio del 1821.

 pause déjeuner

 Direction des travaux :  Delphine Diaz

 14h30

Catherine Brice (Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne) : À la recherche des sources sur les patrimoines confisqués.

15h15

Monica Calzolari (Archivio di Stato di Roma) : Le fonti dell’Archivio di Stato di Roma

 pause

 16h15

Anthony Santilli (École pratique des hautes études, Paris) : Les sources arabes et européennes pour une histoire de l’exil italien dans l’Égypte des khédives (1820-1860).

17h00

Fabrice Jesné (Université de Nantes, CRHIA) : Le contrôle des mobilités en Méditerranée d’après les sources consulaires préunitaires.

Conclusion des travaux :

Présentation du Carnet de recherche

Préparation formation du lendemain

 Mercredi 18 avril 2012

 École française de Rome

Espace scientifique, 1er étage

 9h00 – 19h00

Formation à la base de données Fichoz sous Filemaker (sur inscription, réservée aux participants au programme de recherche)

Contact :

École française de Rome

 Histoire moderne et contemporaine

Direction des études : Jean-François Chauvard

Organisation : Simon Sarlin

Secrétariat : Claire Challéat

tél. 0039 0668 601 244

courriel : secrmod@efrome.it