F. FONTANELLI - La presse libertaire italienne en exil à Marseille dans l'entre-deux-guerres

29 septembre 2013
Par

Le texte qui suit est la présentation de la communication présentée par Françoise FONTANELLI (Aix-Marseille Université) au colloque "Presse et exil" (Rome, 23-25 septembre 2013) : 

La presse libertaire de langue italienne en France a produit une soixantaine de titres durant l'entre-deux-guerres. Quatorze d'entre eux ont vu le jour dans la cité phocéenne.

La question de la presse anarchiste italienne en exil n'est pas nouvelle, Leonardo Bettini dont les travaux constituent aujourd'hui un précieux outil de recherche en termes de recension et de localisation des périodiques, ont balisé le sujet. Cependant, peu de chercheurs ont emprunté la voie ouverte par ses travaux. En effet, la presse libertaire et plus particulièrement la presse libertaire italienne occupe une place singulière dans le mouvement, elle est même centrale pour la compréhension du phénomène.

La proximité de la frontière, la présence ancienne d'une colonie italienne font de Marseille et de sa région un refuge idéal, un débouché naturel de cette immigration politique. Elle voit déferler durant l'entre-deux-guerres, toutes les composantes de l'antifascisme. Bien que numériquement faible, le mouvement anarchiste italien arrive pourtant en tête des publications en nombre de journaux produits devant des formations comme le Parti Communiste puis le Parti Socialiste Italiens.

Il s'agira de démontrer en quoi consiste la richesse de cette production libertaire italienne et quelle est la place singulière qu'elle occupe dans le mouvement? Comment elle s'est illustrée localement dans une ville comme Marseille où se côtoient toutes tendances confondues les éléments les plus politisés du mouvement ouvrier?

 

Le mouvement anarchiste produit de nombreux organes. Une production qui s'explique en partie par la fonction que remplit la presse et ce qu'elle représente pour le mouvement en termes de fonctionnement et d'organisation. Elle permet la diffusion des idées, de l'information et de l'argent qui a tant fait défaut au mouvement. Un phénomène qui s 'amplifie et se poursuit dans l'exil comme un remède à la dispersion des militants. La presse maintient la communication entre ses éléments éparpillés aux quatre coins de l'Europe, entre les exilés et les compagnons restés en Italie. Rappelons que la plupart des fuoriusciti ont vécu l'exil comme une parenthèse et que l'espoir du retour et de la révolution imminente les a animé durant toute la période.

Le passage à la clandestinité, devenu nécessaire à la survie du mouvement en 1922, s'accompagne du transfert à l'étranger de la presse. La presse en exil se développe dans la clandestinité, mais c’est un exercice auquel les militants transalpins sont bien rompus. Traqués par les services de renseignements de l’OVRA dont les agents consulaires sont la garde rapprochée, ils sont selon les moments plus ou moins tolérés.  Les publications libertaires ne subissent pas une répression continue dans les pays d’adoption. Elles jouissent en tout cas d’une plus grande liberté même si en France aussi et à Marseille en particulier, cette liberté évolue en fonction du climat général et de la plus ou moins grande pression exercée par le gouvernement italien par le biais de ses émissaires que sont les consuls.

La presse constitue une source essentielle pour l'étude du mouvement anarchiste pour lequel nous  ne disposons bien souvent  que des  sources à charge.

 

Dans la première décennie de l'entre-deux-guerres, les publications sont impulsées par des personnalités fortes du mouvement de passage à Marseille. Paolo Schicchi et Luigi Damiani insufflent l'énergie nécessaire aux petits groupes locaux pour lancer et porter à bout de bras des organes dont le quotidien demeure précaire malgré la solidarité des militants. Le premier s'emploie à alimenter des polémiques au sein du mouvement tandis que le second œuvre à la pénétration clandestine  en Italie d'un organe destiné à préparer l'insurrection.

 

Au tournant des années trente, la presse libertaire s’intègre dans de nouveaux réseaux à la faveur d’un contexte international propice. Elle découvre de nouveaux horizons à l'échelle régionale puis internationale. Avec le déclenchement des événements espagnols et l’intensification de l’aide aux victimes de la répression, la presse évolue vers une fonction de propagande et d'assistance plus importante. Enfin, à partir de 1936, Marseille devient l’avant-poste de l’engagement espagnol. En avril 1937, le premier congrès régional de la Fédération Anarchiste Italienne (FAI) se tient à Marseille suivi du congrès national de l'Union Anarchiste Italienne (UAI) les 25 et 26 décembre 1937. L’organe principal de communication et de propagande de la jeune Union Anarchiste Italienne, Il Bollettino d’Informazione dell’Unione Anarchica Italiana, est publié et diffusé par des militants marseillais.

 

Les sources:

 

I-Archives Nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

 

F7 13252 : Activité antifasciste en France 1932-1933.

 

II-Archives Départementales des Bouches-du-Rhône.

 

90 J Fonds du CIRA.

Périodiques en langue italienne.

90 J 292 : L'Adunata dei Refrattari  article de Ugo Fedeli « Nella Clandestinità » des 22 et 29 juillet, des 5, 12 et 19 août 1961.

 

4 M Police des étrangers.

4 M 2425 : Anarchistes italiens, surveillance 1900-1938.

 

III-Archivio Centrale di Stato Roma.

 

Ministero dell'Interno. Divisione Generale Polizia Speciale. Divisione Polizia Politica.

busta n°9 « Anarchici a Marsiglia ».

busta n°11 « Anarchici italiani in Francia ».

 

IV-Biblioteca Franco Serrantini (BFS) Pise.

 

Presse.

Bolletino d'Informazioni dell'Unione Anarchica Italiana, Marseille (n°1 mars, n°2 avril 1938, n°7 avril, n°8 mai et n°10 juillet 1939).

Il Picconiere, Marseille (du n°49 au n°56, du 1/05/ au 30/08/1925).

L'Adunata dei Refrattari, Newark, N. J. États-Unis (21 décembre 1935).

Resistere, Paris (Nov-Déc. 1928, Avril 1929).

 

V-CIRA Lausanne.

 

Bolletino d'Informazioni dell'Unione Anarchica Italiana, Marseille (n°9 juin 1939).

 

VI-International Institute of Social History (IISH) Amsterdam.

 

Périodiques:

XZF 53954 : Il pozzo dei traditori, Marseille (n° unique, 10/09/1925).

ZF 56125 L : L'Unione dei Padellai, Marseille (n° unique 25/09/1925).

ZF 53753 : La Iena, Marseille (n° unique 15/09/1925).

ZF 53710 : Ganellone, Marseille (n° unique 1/12/1925).

ZF 53710 : L'Africa, Marseille (n° unique, s.d.).

La Diana, Paris (20/08/1926).

ZDK 15088 : Non Molliamo, Marseille (n°1 janvier, n°2 février et n°3 mars 1927).

La realtà nei problemi sociali contemporanei, Marseille (n°1 octobre, n° 2 décembre 1932, n°3 janvier 1933).

Microf. /P912 : Bolletino d'Informazioni dell'Unione Anarchica Italiana, Marseille (n°5 octobre, n°6 novembre-décembre 1938 et n°14 décembre 1939).

 

Fonds Ugo Fedeli.

Périodiques:

ZF 53803 : La Lanterna, Marseille, Nîmes, Toulon (Anno I n°1 1/07/1932, Anno II n°1 janvier 1933, n°4 août 1933, n°5 septembre 1933 et n°6 décembre 1933, Anno III n°12 octobre 1934.

Microf./P912: L'Ora Nostra, Marseille, (n°1-3 des 20/01, 20/02 et 27/07/1928).

 

Fonds Luigi Bertoni.

Périodiques:

Bolletino Anarchico d'Informazione, Marseille (n° unique 25/09/1937)

ZDO 10337 : Pensiero e Realtà, Marseille (n° unique septembre 1938).

 

La bibliographie:

 

ANTONIOLI Maurizio, BERTI Giampietro, FEDELE Santi, IUSO Pasquale (dir.), Dizionario             biografico degli anarchici italiani, Pise, Biblioteca Franco Serrantini Edizioni, 2004, 2 vol.

 

BETTINI Leonardo, Bibliografia dell'anarchismo : vol. I T. II, Periodici e numeri unici anarchici           in lingua italiana pubblicati all'estero (1872-1971), Firenze, Crescita Politica Editrice, 1976.

 

BIANCO René, Cent ans de presse anarchiste, http://bianco.ficedl.info/article1277.html

 

CERRITO Gino, « L'emigrazione libertaria in Francia nel ventennio fra le due guerre », in Gli   italiani fuori d'Italia : gli emigrati italiani nei movimenti operai dei paesi d'adozione 1880-          1940, (dir) Beza B., Milano, Franco angeli Editore, 1983.

 

DAL PONT Adriano, LEONETTI Alfonso, MASSARA Massimo, Giornali fuori legge. La stampa       antifascista 1922-1943, ANPPIA, 1964.

 

DI LEMBO Luigi, Guerra di classe e lotta umana. L'anarchismo in Italia dal Biennio Rosso alla           Guerra di Spagna (1919-1939), Pisa, Biblioteca dell'anarchismo, BFS Edidizioni, 2001.

 

FERRATINI TOSI Francesca, « La stampa italiana in Francia », in Exils et migrations. Italiens et          Espagnols en France 1838-1946, (dir.) Milza Pierre, Peschanski Denis, Paris, L'Harmattan,       1998.

 

FONTANELLI MOREL Françoise, « I Comitati Pro Vittime Politiche d'Italia » à Marseille dans           l'entre-deux-guerres. Histoire d'une organisation anarchiste en exil, Master II (dir. Jean-Marie Guillon), Aix-Marseille I, 2011.

 

SCHIRONE Franco, « Gli esuli. Giornali anarchici antifascisti nel mondo », in La resistenza      sconosciuta, Milano, Zero in Condotta, 1995.

SCHIRONE Franco, « Umanità Nova in esilio. Francia 1932-1933 », Rivista Storica      dell'Anarchismo, gennaio-giugno 1997.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Billets, Colloques et conférences, Colloque "Presse et exil", Colloques et conférences

Laisser un commentaire

Calendrier

    diciembre 2014
    L M X J V S D
    « jun    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031