A. DUPONT – La Voix de la Patrie, journal franco-espagnol de soutien au carlisme

Le texte qui suit est la présentation de la communication présentée par Alexandre DUPONT (Université Paris 1/Casa de Velázquez) au colloque « Presse et exil » (Rome, 23-25 septembre 2013) :

A la fin du mois de juin 1874, Carlos Benitez Caballero, dit le marquis d’Alex, agent carliste particulièrement actif exilé en France depuis 1871, crée à Bayonne un journal bilingue franco-espagnol, la Voix de la Patrie, ou Voz de la Patria, dont il aspire à faire, selon ses propres mots « un trait d’union entre deux peuples dont le rapprochement intime est plus que désirable ». Le dernier numéro paraît en mars 1875, alors que des poursuites sont ouvertes par la justice française contre le marquis d’Alex et les autres collaborateurs du journal pour paroles offensantes contre le roi d’Espagne Alphonse XII dans un contexte de soutien de plus en plus appuyé du gouvernement français à la lutte des autorités madrilènes contre le carlisme.

Malgré son audience limitée et sa faible durée de vie, ce journal contre-révolutionnaire publié en France pour défendre la cause de don Carlos, prétendant légitimiste au trône d’Espagne qui mène alors la guerre civile dans son pays (1872-1876), présente un triple intérêt dans l’étude de la presse d’exil. D’un point de vue politique et idéologique, il est l’expression d’une volonté de construire et de faire vivre une véritable Internationale contre-révolutionnaire qui réunirait les légitimistes de France et d’Espagne dans le soutien à la cause carliste en Espagne. A ce titre, il convient d’examiner le traitement de l’actualité de la guerre au travers d’un prisme idéologique qui se veut à la fois contre-révolutionnaire et transnational. Que ce journal ait été qualifié par un de ses opposants locaux de « torche incendiaire du carlisme » souligne combien il était perçu comme une courroie de transmission essentielle de la propagande du mouvement légitimiste espagnol en France, et notamment dans des départements frontaliers qui se sont caractérisés par leur soutien au carlisme.

Les conditions matérielles d’existence du journal, le personnel qui y participe, les problèmes de financement qu’il rencontre, constituent un autre volet de l’étude. On se trouve alors confronté à un milieu où se croisent Français et Espagnols, dont les motivations ne sont pas seulement politiques, à l’image du directeur de la publication, ancien marchand de parapluies sans doute poussé dans l’aventure par des considérations économiques. Le rôle central joué par la femme de Carlos Benitez, notamment après l’internement de son mari dans le nord de la France, rappelle opportunément combien les femmes ont pu tenir une place importante dans la contre-révolution européenne. La rédaction se voit par ailleurs obligée d’en appeler à la solidarité des légitimistes français pour faire vivre un journal que les subsides versés par les exilés qui y participent ne suffisent pas à maintenir à flot, ce qui met au premier plan la question financière dans un mouvement international dont la principale caractéristique est le don d’argent des légitimistes français aux carlistes qui en manquent cruellement.

Enfin, la conservation aux archives des Pyrénées-Atlantiques des pièces de l’enquête et du procès ouverts contre la rédaction de la Voix de la Patrie nous offre un regard extrêmement précieux sur la répression de l’Etat français contre un journal qui appelle à la subversion outre-Pyrénées. L’enquête menée par les autorités policières et judiciaires auprès des acteurs de ce journal constitue un témoignage de première main sur la façon dont fonctionnait le journal et sur les tensions qui pouvaient exister au sein de ses rédacteurs. Par ailleurs, elle illustre bien les difficultés rencontrées par les agents de l’Etat tant pour établir les responsabilités que pour condamner les auteurs, qui sont d’ailleurs tous acquittés en août 1875, le principal responsable, Carlos Benitez, voyant même les poursuites engagées contre lui frappées de nullité, sans doute en raison de sa nationalité.

 

Plan :

I. Un journal de l’exil et de la solidarité transnationale

II. Les conditions de production de La Voix de la Patrie

III. La Voix de la Patrie aux assises

 

Bibliographie indicative :

 

Canal, Jordi. El carlismo. Madrid : Alianza Editorial, 2000. 479 p.

CANAL, Jordi. « Guerres civiles en Europe au XIXe siècle, guerre civile européenne et Internationale blanche », in Zúñiga, Jean-Paul (dir.). Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites. Paris : Centre de Recherches Historiques, 2011. p. 57-77.

DUPONT, Alexandre. « De la frontière choisie à la frontière subie : les carlistes et les Pyrénées autour de la Seconde guerre carliste », à paraître aux Presses de l’Université Blaise Pascal.

GARMENDIA, Vincent. « Notes sur la présence carliste en Aquitaine à l’époque de la seconde guerre carliste » in Bulletin Hispanique, 96, 2, 1994. p. 435-451.

GARMENDIA, Vincent. « Un certain regard sur le carlisme. Ecrits carlistes et pro-carlistes sur le territoire français » in A mis amigos de la frontera. El País Vasco francés en la aventura carlista, 1833-1876. Bayonne : Musée Basque et de l’histoire de Bayonne, Museo Zumalakarregi, 2006, p. 98-143.

Kalifa, Dominique, Thérenty, Marie-Ève et Vaillant, Alain. « Le quotidien » in Kalifa, Dominique, Régnier, Philippe, Thérenty, Marie-Ève et Vaillant, Alain (dir.). La civilisation du journal. Une histoire de la presse française au XIXe siècle. Paris : Nouveau Monde Editions, 2011. p. 286-287.

NOIRIEL, Gérard. Réfugiés et sans-papiers. La République face au droit d’asile XIXe-XXe siècle. Paris : Hachette, 1991. 355 p.

 

Indication de sources :

BNF JO-4059 : La Voix de la Patrie

Archives départementales des Pyrénées Atlantiques : 2 U 1066 et 2 U 1067 : Procès à La Voix de la Patrie.

Archives du Ministère des Affaires Etrangères : 18 MD 360 : Mémoires et documents – Espagne. Evénements carlistes, mai-septembre 1875.

Archives de la Préfecture de Police de Paris : Ba 401 : Menées légitimistes, 1876.

Benitez Caballero, Carlos de. La solution espagnole et le parti carliste. Toulouse : impr. de Blanc, 1874. 48 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *