P. BENVENUTO - Battages médiatiques et organisation de la presse. Les exilés italiens à Paris (1849-­1859)

21 septembre 2013
Par

Le texte qui suit est la présentation de la communication présentée par Paolo BENVENUTO (Università di Pisa) au colloque "Presse et exil" (Rome, 23-25 septembre 2013) :

 

Après les échecs révolutionnaires de 1848-’49, et avant le coup d’état bonapartiste de 2 décembre 1851, beaucoup parmi les vaincus des révolutions dans les anciens états italiens, choisissent la France de la Seconde République, comme lieu d’exil. Voyageurs, exilés, artistes, travailleurs, venus d’Italie, composent une communauté hétérogène dans le Paris des années 1850. La capitale française compta dès lors, environ 10.000 italiens dont Daniele Manin, ancien président de la République de Venise et le général Guglielmo Pepe, appelé à sa défense, les triumvirs du gouvernement provisoire du Grand Duché de Toscane Giuseppe Montanelli et Giuseppe Mazzoni, le député de l’Assemblée de la République Romaine Enrico Cernuschi ainsi que les bannis siciliens Michele Amari et Giacinto Carini. Dès leur arrivée en terre d’exil, deux sont les questions qui s’imposent  pour tous ces gens  en statut de proscrits.

D’un côté, les questions matérielles, car les émigrés politiques doivent, entre autres, « gagner sa vie ». La rhétorique issue des récits de l’exil a produit le stéréotype – très répandu – du proscrit mourant, loin de sa patrie, dans une extrême pauvreté. Mais, au delà de ce stéréotype, dès le moment de leur arrivée dans le pays d’asile, les exilés réorganisent leurs vies et s’adaptent au contexte du pays ; pour les émigrés italiens des classes émergentes, les métiers des lettres sont la première, ou parfois la seule, source de revenus.

Pour les exilés, il s’agit aussi de se réorganiser politiquement pour reprendre la lutte : comme l’on a déjà éclairé, pour les proscrits la presse se prête à substituer l’action (cit. « Scrivo perché non mi è dato di fare»). L’élite des exilés politiques profitent de leurs popularité et de la médiatisation des questions nationales, et des relations qu’ils établis avec les milieux cultivées du pays d’accueil pour accéder aux colonnes des journaux et des revues les plus répandus.

Il faut aussi souligner que la presse de l’exil n’est pas seulement le lieu du « politique » par excellence. Modernisation des produits et des entreprises éditoriales, diffusion croissante, spécialisation des sujets et des journalistes : la presse du Second Empire est une entreprise, au sens moderne du terme, et aussi le lieu où représenter les liens économiques et financiers entre le pays d’accueil  et celui d’origine, ce dont se font interprètes la communauté des  italiens exilés.

Mon objectif c’est d’analyser caractères et modalités d’accès à la presse par la communauté des proscrits italiens à Paris pendant les années de la Seconde République et pendant les dix premières années du Second Empire.

De 1849 à 1851 les proscrits italiens à Paris sont des analystes politiques, «plumes» recherchées par les rédacteurs des Revues et des Journaux. Mais, en dessous des motivations politiques qui poussent les exilés italiens à accéder à la presse, il y a aussi des raisons économiques, qu’il est possible de relever à la lecture de leur correspondance.

Aussi l’existence d’institutions culturelles italiennes, la présence d’artistes, de voyageurs et de travailleurs en nombre non négligeable témoignent comment la colonie italienne dans la capitale française était  une réalité d’une certaine importance. Et si les valeurs politiques de la participation piémontaise à la Guerre de Crimée sont bien encrées dans le sentiment des proscrits italiens en France, ces derniers sont aussi très attentifs à la dimension des intérêts économiques et commerciaux entre les deux sœurs latines.

C’est à la veille de l’Exposition Universelle de Paris de 1855, que date la parution de la « Revue franco-italienne», journal non-politique qui se propose de «devenir l’organe industriel des Italiens en France, et des Français en Italie». Ce journal, le premier sous direction italienne, édité en langue française, recrute des émigres italiens de façon non occasionnelle et accueille aussi des collaborateurs français. Rattaché au «Bureau Franco-Italien», entreprise d’intermédiation commerciale, la «Revue franco-italienne», puis «Courrier franco-italien», parut dès la fin de  1854  jusqu’à 1858.

En 1856 l’exilé italien Leopoldo Bruzzi fonde le « Messager de Paris », journal non politique en langue italienne qui se compose de diverses sections dans lesquelles on donne compte à la communauté des immigrés italiens des principaux événements se déroulant dans la capitale française.

 

 

 

 

 

 

 

Sources et Bibliographie

 

- Autografoteca Bastogi, Biblioteca Labronica (Livorno) ;

- Archivio del Museo Centrale del Risorgimento (Roma) ;

- Carte « Carini », Fondo manoscritti sala Giuseppe Lodi, Società Siciliana per la Storia Patria (Palermo)[1] ;

- « Revue Franco-Italienne », disponible en version numerisé en libre accès sur Gallica.bnf.fr ;

- « Courrier Franco-Italienne », disponible en version numersié en libre accès sur Gallica.bnf.fr ;

- « Il Messaggere di Parigi », disponible en version numerisé en libre accès sur Gallica.bnf.fr ;

 

 

APRILE S., Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS, 2010

 

BRIANI V., La stampa italiana all’estero dalle origini ai giorni nostri, Roma, Istituto Poligrafico dello Stato, 1977

 

DE FORT E., Esuli in Piemonte nel Risorgimento. Riflessioni su di una fonte, in “Rivista Storica Italiana”, a. CXV (II) agosto 2003, pp. 648-688

 

DELLA PERUTA F., Il giornalismo italiano del Risorgimento. Dal 1847 all'Unità, Milano, Franco Angeli, 2011

 

DIAZ D., Exilés et emigrés italiens à Paris, des Trente glorieuses au coup d’état bonapartiste, in “ASEI”, 9/1, 2013, pp. 24-29

 

Exil et fraternité en Europe au XIXe siècle. Actes du colloque international organisé à Créteil et à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration les 4 et 5 juin 2010, sous la direction de Catherine Brice et Sylvie Aprile, Bordeaux, Éditions Bière, 2013

 

Exiles from European revolutions: refugees in mid-Victorian England, edited by Sabine Freitag, Berghahn books, 2003

 

Fuori d’Italia: Manin e l’esilio, atti del convegno, Venezia 2009

ISABELLA M., Risorgimento in exile: Italian émigrés and the liberal international in the post-Napoleonic era, Oxford – New York, Oxford University Press, 2009

 

L' émigration politique en Europe aux XIXe et XXe siècles, Rome, École Française de Rome, 1991

 

La Sicilia e l'unità d'Italia: atti del Congresso internazionale di studi storici sul Risorgimento italiano, a cura di Salvatore Massimo Ganci e Rosa Guccione Scaglione, Milano, Feltrinelli, 1962

 

La stampa periodica italiana all'estero : Indice dei periodici, tutti o in parte in Lingua italiana, che si stampavano all'estero, cioe' fuori dei confini politici del Regno, negli anni 1905-1907, preceduto da uno studio storico, a cura di Massimo Fumagalli, Milano, Capriolo e Massimino, 1909

 

LAGRANGE M., Les peintres italiens en quete d’identité (Paris 1855-1909), CTHS – INHA, 2010

 

MANDALARI C. O., Gli esuli meridionali nel giornalismo piemontese dal 1850 al 1860, in “Rassegna Storica Contemporanea”, 1913, pp. 586-597

 

MANIN D., Lettere di Daniele Manin a Giorgio Pallavicino, Torino, Unione Tipografico Editrice, 1859

 

MAZZONI G., Memorie (1808-1880). Vol. 1: L'uomo, il politico, il massone (1808-1861), a cura di Guglielmo Adilardi, Pisa, Pacini, 2008

 

MONTALE B., L’emigrazione politica in Genova ed in Liguria (1849-1859), 1982

 

Storia dell’emigrazione italiana, 2 voll., a cura di Piero Bevilacqua, Andreina De Clementi, Emilio Franzina, Roma, Donzelli, 2001-2002

 

VUOLI R., Il generale Giacinto Carini, in “Nuova Antologia”, n. 346 (1-2), nov. 1929,

 


[1] Je suis en train de vérifier la possibilité d’accéder aux documents d’archives conservé par la Società Siciliana di Storia Patria de Palerme, qui est malheureusement fermé depuis un an à cause du manque de ressources économiques.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Billets, Colloques et conférences

Laisser un commentaire

Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930

Carnets de recherche